Organisme de charité - #858222573RR0001
 

© 2016 Maison Monbourquette 

SE PRÉPARER À CHOISIR DE L'AIDE

September 2, 2016

Ce texte démontre l’importance de se préparer lorsqu’on souhaite recevoir de l’aide.                                                                                                                               

Il est fort important de toujours se rappeler – sans toutefois dramatiser – que lorsque nous vivons un deuil, nous sommes vulnérables. Notre cœur a été meurtri par la perte et la douleur nous a fragilisés pour un certain temps. 

Vulnérable peut aussi vouloir dire «influençable». Pour le meilleur et pour le pire, certaines personnes en deuil se laisseront facilement influencer par des amis, des proches, des collègues de travail, etc. En fait, ces gens de notre entourage perçoivent notre réalité d’endeuillé ou d’endeuillée à partir de leur propre expérience, c’est-à-dire à partir de ce qu’ils ont déjà vécu et expérimenté dans leur processus de deuil.

Questions à se poser
Dans un moment comme celui-là, il importe de se rappeler que chaque être est unique, qu’aucun deuil ne peut se comparer à un autre et que seule la personne qui vit une perte sait exactement ce dont elle a besoin. Ce qui n’exclut pas la possibilité, pour la personne endeuillée, de se faire accompagner dans ses démarches. Cependant, la personne endeuillée devrait toujours demeurer liée à son propre ressenti afin de pouvoir répondre elle-même, pour elle-même, à la question suivante : «De quel type d’aide ai-je vraiment besoin?» Si la personne ne peut décider pour elle-même, il sera important qu’elle puisse répondre aux questions suivantes : 

  • est-ce en groupe ou en individuel que je veux recevoir de l’aide?

  • suis-je plus à l’aise avec un homme ou avec une femme?

  • ai-je besoin de compétences particulières?

  • ai-je besoin d’avoir déjà entendu parler de cette personne par quelqu’un que je connais et en qui j’ai réellement confiance?

  • suis-je prêt ou prête à me déplacer plus loin que mon quartier? Quelle distance suis-je prêt ou prête à parcourir pour consulter?

 

Après avoir répondu – chacun pour soi – à ces questions, le magasinage de personnes-ressources pourra mieux s’effectuer. En effet, si l’on est prêt ou prête à magasiner pour trouver un appareil électroménager, un voyage, une bicyclette, etc., qui correspondent à nos besoins, pourquoi se refuser à magasiner les services d’une personne qui nous aidera à faire la traversée de notre deuil et qui, inévitablement, deviendra très significative dans notre vie?

 

Ce magasinage (cette recherche qui ne revêt aucun sens péjoratif) s’effectuera lors des premières rencontres avec le groupe ou, s’il s’agit d’une aide individuelle, avec la personne-ressource. Il se peut qu’une amie nous ait recommandé cette personne et qu’elle ait réellement été aidée par celle-ci. Ceci ne veut cependant pas dire que nous serons aussi à l’aise avec cette même personne. 

Points importants à considérer
Il importe donc d’être vraiment en confiance avec la personne consultée et c’est, encore une fois, beaucoup plus le cœur que la tête qui nous donnera une réponse claire. Si ça ne «clique» pas comme disent souvent les gens, il s’agit tout simplement d’aller rencontrer une autre personne, jusqu’à ce que l’on trouve un endroit où on se sent complètement détendu et en confiance avec la personne-ressource. 

Cette personne doit être à même de comprendre – à sa juste valeur – ce que l’on vit vraiment comme endeuillé. En fait, il s’agit d’être pleinement convaincu que cette personne saura nous accompagner, nous encourager et nous guider dans la difficile traversée de notre deuil. Voilà donc les points importants à considérer lors les premières rencontres de «magasinage» pour recevoir de l’aide appropriée.

En ce qui a trait aux compétences de la personne aidante, il s’agit encore une fois de nous demander, chacun pour soi, ce qui importe vraiment. Les autres ne peuvent pas savoir à notre place. Certaines questions peuvent nous servir de guide, par exemple :

 

  • est-ce que cette personne doit nécessairement être membre d’une corporation professionnelle?

  • doit-elle détenir un diplôme universitaire?

  • est-ce qu’une ou un psychothérapeute ayant été formé dans une approche spécifique et socialement reconnue nous conviendrait?

 

En fait, l’essentiel sur le plan des compétences de l’aidant ou de l’aidante se résumerait ainsi : que cette personne connaisse réellement les étapes du processus du deuil et qu’elle se sente à l’aise avec la problématique des pertes. Cela signifie qu’elle doit être complètement à l’aise pour nous aider à plonger au cœur de notre souffrance. Enfin, elle doit aussi être assez honnête pour oser nous référer à quelqu’un d’autre si jamais l’ampleur de notre deuil dépassait ses propres compétences.

Comment choisir?
Pour le choix d’une personne-ressource, on peut s’informer auprès de nos proches qui ont déjà vécu un deuil et qui connaissent des ressources appropriées. Si tel n’est pas le cas, les bottins des différentes corporations professionnelles peuvent aussi être utiles. Les Centres locaux de santé et de services sociaux, Info-Santé ainsi que les Centres de références peuvent aussi transmettre des noms de personnes-ressources.

Vous avez lu, en quelques paragraphes, ce qu’il importe de savoir quand on vit un deuil et que l’on se prépare à recevoir de l’aide.

Suzanne Bernard
Thérapeute du deuil, maître en service social et docteure en sociologie, auteure
info@suzannebernard.ca

Please reload